Semaine 3

 

Le temps est toujours humide et froid, le ciel est bas. Le sol est détrempé et l’absence de drainage sous la terre végétale empêche l’eau de s’écouler, des flaques se forment à la surface, ce qui rend le montage de la terrasse impératif.

Au programme de cette semaine, réaliser les bacs pour le système de phyto-épuration, avancer sur les modules de terrasse et récupérer des matériaux chez Macoco,, entreprise de vitrages, en face de la parcelle.

La phyto-épuration (ou phyto-rémédiation) est un procédé qui permet de gérer les eaux grises de la cantine. En effet, n’ayant pas de raccordement pour l’évacuation des eaux usées et la légalité rendant impossible d’utiliser le réseau d’eau pluviale, nous devons valoriser l’eau issue de la cuisine. À la sortie des eaux des éviers, trois bacs jalonnent le parcours de l’eau. Une circulation verticale est assurée par des galets calcaires puis une couche de pouzzolane permet la circulation horizontale. Cette roche volcanique à forte capacité de rétention en eau accueille des plantes hydrophytes (qui poussent dans ou proche de l’eau) qui filtrent l’eau par leur système racinaire. Après le passage dans ces bacs plantés, l’eau est stockée dans un dernier bac et sert à l’arrosage des plantations adjacentes. Simon Denise, artiste et constructeur, intègre le collectif pour assumer cette mission à l’aide des conseils de l’agence PhytoEpur.
Les bacs sont réalisés à partir de poubelles récupérées dans la déchetterie de Bagnolet, vaste parcelle vacante où s’accumulent toute sorte de matériaux. Nous récupérons les roues de poubelles qui serviront pour le bar de la cantine, assurons leur étanchéité et réalisons un bardage bois à partir de lames de palettes démantelées.

A ce sujet, les équipes se relayent pour aller récupérer des modules de palette grand format pour continuer la terrasse bois et viabiliser la parcelle. L’agence Aubade, entreprise de carrelage qui a son siège dans la Z.A. qui flanque notre parcelle, nous laisse récupérer des modules qui nous servent d’ossature. Chaque unité mesure un peu plus de 6 m2. Nous disposons des lames de palette pour remplir les modules et ainsi construire la terrasse. Trois étapes sont nécessaires : assurer l’approvisionnement, démanteler les palettes et façonner les lames, clouer les lames aux ossatures bois. Une fois l’approvisionnement assuré, il faut 2 heures pour réaliser un module complet. Bruno du collectif 39 est le référent pour cette mission. Il encadre les enfants qui viennent pour clouer les lames et leur explique le sens du projet.

En parallèle, Ariane réalise des établis extérieurs accessible aux enfants et aux adultes avec des chutes de contre-plaqué marine (étanche) et de montants. Cela permet d’habillé une face du Container Atelier tout en complétant sa fonction. L’atelier est surtout dehors, le container sert principalement au rangement des outils et au stockage des matériaux qui servent pour la mission du moment. Le reste des matériaux, chutes, et autres est stocké à l’arrière du container Cantine. Nous pensons réaliser une matériautèque mais cela demande une organisation que ne permet pas notre faible effectif et les objectifs à atteindre pour le moment.

Ariane entame un travaille de maquette pour la structure du auvent qui doit surplomber l’ensemble de la base de vie. La faisabilité et la conception sont pensé avec Volcan, charpentier montreuillois qui nous aidera au montage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *