Semaine 6 – Préparation de l’inauguration

 

L’inauguration de la parcelle approche, il faut aller vite dans l’exécution des tâches. Bruno décide d’utiliser une nouvelle méthode pour la terrasse. Nous avons suffisamment de lames de palettes pour remplir les ossatures, mais nous n’avons pas assez de modules de palettes et l’entreprise Aubade n’en attend pas avant un moment. Tributaire de la disponibilité des matériaux, le réemploi a ses limites qui nécessite d’avoir du temps et des moyens pour acheminer les fournitures. 
En s’appuyant sur les modules installés nous réalisons une ossature secondaire permettant d’assembler les palettes entre elles. Nous utilisons des chutes de chevrons ayant servi à l’ossature des coffrages des containers et d’autre chutes récupérées ailleurs et stockés dans des locaux qui hébergent depuis peu les membres du collectif 39 >>>.

Conception et terrain, le laboratoire
Cette nouvelle méthode rompt avec le principe fixé à l’origine de concevoir une terrasse réversible et modulable. Chaque module devait être mobile et répondre à des besoins fluctuant, la terrasse pouvoir évoluée et changer le dessin de l’espace. Nous devons ajuster nos choix de conception en fonction des échéances et des imprévus. Les choix que nous faisons s’accordent toujours avec un dessin global décidé collectivement à l’avance. Si les imprévus ne permettent pas cette cohérence là, nous faisons de nouveaux choix de conception. Le dessin est suffisamment imprécis pour laisser la latitude nécessaire aux ajustements liés aux impondérables du terrain. Une grande partie de la conception ce fait sur le terrain en fonction des envies recueillies spontanément lors de nos rencontres avec les habitants, en fonction des disponibilités de matériaux et de la thématique du trimestre.

Ainsi le montage des terrasses avance vite, le parvis de la cantine s’avance vers le trottoir, qu’il est nécessaire de raccorder avec la parcelle pour qu’elle soit spontanément utilisée. Pour le moment les piétons ne traversent pas encore la base de vie, ce qui constituerait pourtant un raccourci pour rejoindre l’escalier qui permet d’accéder à la coursive qui dessert les halls d’immeuble. L’objectif est sur le point d’être atteint. Bruno se fait aider par les enfants. Ils manient bien la visseuse et ont compris le projet ce qui nous permet de les laisser en autonomie sur des tâches clairement identifiées. Claude, un ancien du Tardigrad est là aussi pour nous aider à assembler les lames. 
Nous devons nous assurer de la planéité de la terrasse sur un sol irrégulier. Nous plaçons des cales en bois. Cela n’est pas adapté pour durer dans le temps mais nous savons que nous ne resterons pas assez longtemps pour voir l’effet de l’usure du bois sur la terrasse. Ce caractère temporaire nous permet de faire certains choix que nous ne ferions pas dans d’autre situation. C’est aussi le plaisir de la maquette échelle 1, cela reste une maquette, une expérimentation temporaire grandeur nature qui nous permet de faire des observations sur les usages possibles, un laboratoire, dehors >>>.

Parents
La cantine avance aussi à l’intérieur du container. La primaire d’accrochage pour la pause du carrelage est étalée sur les plaque de c.p. Le bois bénéficie d’une première couche d’étanchéité, puis une couche de primaire d’accrochage permet de préparer la surface à recevoir de la colle. Le père de Sipa, Wende, Kidiatou et Abdoulaï, qui sont parmi les plus fidèles participants au chantier nous a aidé pour cette tache. Heureux de voir que les enfants sont l’amorce pour une occupation destinée à tous. Les parents viennent progressivement. 
Les enfants toujours, dessinent quand ils ne bricolent pas. Cette semaine ils ont inventés leurs mondes sur les mobiliers qu’ils ont fabriqués. Ici un oiseau vole dans la mer et le soleil le suit. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *